Cher Mr Darcy – Amanda Grange

Coucou tout le monde,

Je suis déjà de retour pour une nouvelle chronique littéraire 🙂 Je vous avais dis que lorsque je serai en vacances, l’activité sur le blog reprendrait de plus belle 🙂 Je ne vous écrirais pas deux chroniques par jour sauf si je trouve de l’inspiration LOL Ce soir je tenais à vous parler aussi d’une lecture faite il y a quelque temps mais qui m’avait laissée une bonne impression.

Cher Mr. Darcy d’Amanda Grange est un roman édité chez Milady Romance, sous-branche de la maison d’édition Milady. Pourquoi ce roman ? En dehors de quelques personnes qui me connaissent, vous ne savez pas que j’aime Jane Austen 😉 Je ne suis pas une inconditionnelle comme certaines des blogueuses que je suis 🙂 J’aime beaucoup le monde qu’elle dépeint et cette écriture qui créée une tension palpable entre les personnages. On est loin de Cinquante nuances de Grey d’E.L.James, les personnages de Jane Austen ne se jettent pas sauvagement l’un sur l’autre. Tout se déroule « paisiblement » : on s’effleure la main, une émotion nait, etc. J’apprécie beaucoup cette tension 🙂 Mon Jane Austen favori c’est Orgueil & Préjugés, Elisabeth Bennett & Mr. Darcy sont LE couple par excellence pour moi. Je ne me lasse pas de leur histoire. Malheureusement je n’ai pas encore eu le temps de lire énormément de Jane Austen – chose que je corrige grâce aux éditions Milady Romance – mais parmi les lectures que j’ai faite, c’est vraiment le titre que je préfère. Il n’y a que Jane Austen pour décrire ce monde où les apparences règnent en maitresses, où l’argent est important, où la place de la femme est loin d’être enviable. J’ai testé quelques auteurs qui s’inspirent de cet univers comme Elizabeth Ashton… et franchement je n’aime pas. J’étais un peu frileuse pour Cher Mr. Darcy d’Amanda Grange mais le résumé me tentait alors je me suis lancée.

Le gros point fort de ce roman ? Probablement le faites de se retrouver avec Orgueil & Préjugés en version épistolaire. Une originalité qui peut se révéler un bon point ou une erreur. Amanda Grange relève cet exercice avec une facilité déconcertante. On a l’impression d’avoir un Jane Austen entre les mains. Les personnages sont tels que dans l’œuvre originale. C’est super bien écrit. L’ensemble respire Jane Austen. Un tour de main d’Amanda Grange bluffant. C’était une super lecture même si je dois avouer que le début est assez lent. L’auteure a choisi de commencer son récit bien avant l’arrivée de Charles Bingley. Elle nous décrit les évènements que l’on évoque dans Orgueil & Préjugés comme les agissements de Wickham ou ce qui pousse Bingley a cherché un domaine. Ce sont des passages importants mais que j’ai trouvé long !!!! L’auteure remonte trop loin dans le passé des personnages. Je comprends bien pourquoi elle fait une telle chose. Elle souhaite donner du sens aux agissements d’Elisabeth & Mr. Darcy mais sincèrement cela devient long >< J’étais pressée de les voir ensemble ! Chaque lettre a sa réponse donc imaginez à quel point cela était long :-/ En plus c’était frustrant de parfois laisser un personnage en plan pour suivre les agissements d’un autre. En dehors de ce détail, j’ai franchement adoré ma lecture 🙂

Cher Mr. Darcy d’Amanda Grange est une bonne réécriture d’Orgueil & Préjugés de Jane Austen. Une version épistolaire qui nous propose de se plonger dans le passé des personnages afin de mieux comprendre le présent. Un exercice difficile mais bien maitrisé. Un roman à lire pour tous les fans de Jane Austen.

Publicités

Le lys et le léopard – Anne O’Brien

Hello tout le monde,

 Ce soir je voulais vous proposer une chronique sur une romance historique éditée par Harlequin. J’adore cette maison d’édition – contrairement à certaines personnes il ne faut pas croire que les titres de Harlequin sont tous cul-culs ! Je souhaitais lire ce roman depuis sa sortie mais un GF coûtant cher, j’attendais de le trouver d’occasion dans mes boutiques favorites. C’est la médiathèque en face de chez moi qui m’a offert ce bonheur. Je ne peux qualifier cette lecture qu’ainsi ! Je ne connaissais pas du tout cette auteure ni ce personnage historique mais quelle magnifique découverte.

 

En cette année 1415, alors que la guerre de Cent Ans fait rage depuis des décennies, Catherine de Valois, fille du roi de France, est offerte en tribut au vainqueur d’Azincourt, le roi Henri V d’Angleterre. Eblouie par son royal époux, la jeune reine rêve quelque temps de s’en faire aimer, avant de comprendre que c’est son héritage que le roi convoite et que son seul désir est qu’elle lui donne un enfant qui puisse un jour porter les deux couronnes de France et d’Angleterre. Hélas, Catherine vient à peine de mettre au monde le fils tant attendu, que Henri meurt subitement. Enjeu d’alliances et de violentes convoitises, la jeune reine est obligée de vivre sous tutelle, prisonnière d’une cour qui lui dénie le droit d’avoir encore un cœur. Jusqu’au jour où, parmi les gens de sa maison, un Gallois, Owen Tudor, attire son attention. Une union interdite à une femme de son rang. Mais, résolue à tout risquer, Catherine décide de prendre son destin en main, et de braver ceux qui ont fait d’elle l’otage de la couronne et de leurs propres ambitions.

 Le roman débute par un épisode très singulier : Catherine et sa soeur courent dans les couloirs du palais après avoir « volé » de la nourritutre en cuisine comme personne ne s’occupe d’elles, elles sont un peu sauvageonnes. On y rencontre presque immédiatement deux personnes qui vont marquer Catherine toute sa vie. Tout d’abord, il y a son père qui est devenu complètement fou. Ensuite sa mère, la reine Isabelle, connue pour avoir été une « catin ». Ses parents vont lui porter préjudice jusqu’à la fin de sa vie. Catherine de Valois est une princesse de France donc comme telle elle est utilisée à des fins politiques. On la marie au roi d’Angleterre, Henri V. On est en pleine Guerre de Cent Ans, dans ce climat instable la reine (comme le roi est fou LOL) tente de s’allier à son ennemi … sauf que cette alliance va déclencher un fabuleux destin. Catherine se retrouve à vivre dans une Cour bien différente de celle qu’elle a toujours connu. Catherine va y vivre des évènements incroyables. Cette princesse de France est à l’origine de la dynastie des Tudors.

 Anne O’Brien est une ancienne professeur d’Histoire qui s’est lancée dans l’écriture … je dirais que c’est un pari réussi. Editée précédemment deux fois par Harlequin, elle se fait le grand saut de la romance historique en utilisant des personnages ayant véritablement existés. J’avais un peu peur au départ car quand on maitrise un sujet, on a tendance à en faire beaucoup trop. Anne O’Brien a une plume merveilleuse. On dirait une conteuse ! J’adore ! J’ai été immédiatement happée par son style. Catherine est un personnage touchant car c’est une jeune femme qui a toujours manqué cruellement d’affection et qui en cherche auprès des personnes qui lui témoignent de l’attention. Au fil des pages, on découvre le combat d’une femme contre le destin que l’on a décidé pour elle. Les émotions sont tellement bien décrites que j’ai été touchée par elle.

 Le lys et le léopard est un beau roman historique à découvrir ! Si vous aimez la série The Tudors ou même les romances historiques, ce titre est fait pour vous !

[COUP DE COEUR] La prisonnière de Venise – Valeria Montaldi

la-prisonniere-de-venise

Hello tout le monde,

Je vous dirais bien que j’ai beaucoup de chroniques à vous écrire mais en réalité, pas tant que ça ! Les vacances vont seulement me permettre de mettre à jour le blog et de lire tranquillement. Un peu de repos me fera du bien car je commençais à devenir chèvre 🙂 J’ai aussi un nouveau petit rendez-vous à vous proposer mais chaque chose en son temps 😉

Aujourd’hui je compte vous parler de ma toute dernière lecture : La prisonnière de Venise – Valeria Montaldi, édité chez France Loisirs. Ce titre est une nouveauté dans ma bibliothèque 🙂 En feuilletant le catalogue de France Loisirs, je suis tombée sur ce roman qui me plaisait beaucoup. Son résumé me rappelait L’été de nos seize ans – Deirdre Purcell, un roman qui m’avait touchée voir chamboulée lors de ma lecture. Celle-ci remonte à un moment mais ce titre restera un de mes coups de cœur. La prisonnière de Venise fait désormais partie de mes coups de cœur.

De quoi cela parle ? La prisonnière de Venise – Valeria Montaldi raconte l’histoire de différents destins qui sont tous liés les uns aux autres sans qu’ils s’en rendent compte. Maintenant vous êtes perdus !!! Le récit commence avec Giulia Bondimier et Nicoleta, fille d’un charpentier. Ces deux jeunes femmes évoluent dans des sphères très différentes… pourtant elles vont devoir affronter la même épreuve : la grossesse. Évidemment, elles ne sont pas mariées et vu l’époque dans laquelle elles vivaient, elles vont devoir trouver des subterfuges pour garder leur grossesse secrète… Le récit fera un bon dans le temps (soit 20 ans plus tard) et on découvrira leurs enfants. Mon résumé va s’arrêter ici sinon je suis capable de tout vous raconter et le but est de vous donner envie de lire ce roman.

Valeria Montaldi est une auteure italienne, information intéressante surtout que l’histoire se déroule en Italie au Moyen-Age… plus précisément à Venise. C’était agréable de lire un roman d’une auteure connaissant bien le pays car franchement quand certains auteurs écrivent sur un pays qu’ils ne connaissent pas bien, on le ressent. C’est un peu compliqué à exprimer mais on voit bien qu’ils brodent autour d’un sujet alors qu’ici on a plein de petits détails. Évidemment le problème majeur avec ce genre de situation c’est que l’on balance pleins d’informations auxquelles on ne comprend pas grand chose. L’auteure maitrisant bien son sujet, elle nous donne des noms de rues, d’intersections, etc. Est-ce vraiment utile ? Oui probablement pour les personnes qui ont déjà été à Venise LOL Ce n’est pas mon cas donc parfois je me suis perdue 🙂

Les personnages sont très intéressants, ils vont bien au-delà des préjugés que l’on peut avoir sur chacun. Giulia est une fille patricienne, une jeune femme issue de la haute société vénitienne. La demoiselle a eu une enfance dorée malgré la perte de sa mère. Enfant pourrie, gâtée, Giulia est le stéréotype même de la belle fille un peu naïve. Évidemment, on se rend rapidement compte que Giulia est bien plus que ça. La demoiselle est une romantique qui croit dur comme fer que seul l’amour peut triompher de tout. Nicoleta est un personnage plus « transparent » et je le regrette beaucoup. Ce personnage n’est pas assez exploité à mon goût… en tout cas dans la première partie du roman. On ne la voit pas assez alors que Giulia a le droit d’être le personnage principal. L’auteure fait évoluer Giulia comme si elle avait oublié Nicoleta. C’est un petit bémol ! Samuel aussi est un personnage que l’on ne voit pas assez dans la première partie, pourtant il est plus présent que Nicoleta.

L’histoire en elle-même est super passionnante ! Je pense que vous connaissez mon petit faible pour les histoires de vie… Avec La prisonnière de Venise, je suis plus que servie ! On n’est pas dans une romance historique avec des évènements marquants ou rocambolesques, on est loin de la fantasy avec ses quêtes. On suit seulement des jeunes femmes qui vivent à une époque difficile pour elles. L’évènement qui chamboule leurs existences est une chose bien banale car ce qui leur est arrivé, ait probablement arrivé à de très nombreuses femmes de leur époque. J’aime assister à l’évolution de chacun au fil des pages.

La prisonnière de Venise – Valeria Montaldi est un roman bouleversant. Les sentiments sont mis en avant, ils sont bien décrits. On comprend bien pourquoi les personnages prennent de telles décisions. Les différents liens qui se tissent entre les personnages rendent la situation principale plus compliquée. Le scandale pouvant éclater à n’importe quelle page.

L’auteure nous propose un récit passionnant. Les personnages sont guidés par leurs émotions. Tout est très bien ficelé ! La prisonnière de Venise – Valeria Montaldi est un véritable coup de cœur ! Je suis pressée de le faire lire à ma maman ainsi qu’à ma grand-mère car je suis certaine qu’elles aimeront autant que moi.

_420772